top of page

INTERVIEW DE YOHAN BOURGUEIL, Joueur du "Grand Poitiers Handball 86"

Quelle est votre profession ?

Yohan : Je suis Handballeur professionnel.


Depuis quand pratiquez-vous le handball ?

Yohan : Je fais du handball depuis l'âge de 4 ans, ça fais 18 ans.


A quel âge avez vous voulu en faire votre métier ?

Yohan : Vers l'âge de 14 ans.


Quel est votre parcours scolaire ? Quel sont vos diplômes ?

Yohan : En terminale j'étais en filière général, en ES, économie et sociale. J'ai eu mon Brevet et mon BAC. Par la suite j'ai fais 2 années de STAPS et 1 année de BTS. J'ai arrêté pour faire du hand en club.


Avez vous une 2ème activité professionnelle ?

Yohan : Non, j'en ai eu une avant, je travaillais en même temps, mais maintenant je fais du handball à plein temps.


Quels sont les bons côtés de ce métier ?

Yohan : Les bons côtés de ce métier, c'est le fait de se dire qu'on se lève tous les jours pour faire quelque chose qu'on aime. Finalement, le fait de faire son sport sa passion, son métier, c'est une motivation.


Quels sont les mauvais côtés ?

Yohan : Parfois quand tu fais de ton métier, ta passion, tu te laisses emporter et tu oublies que c'est avant tout pour le plaisir que tu le fais. Je pense que les mauvais côtés seraient d'oublier le plaisir que tu y mets.


Quels sont vos horaires ?

Yohan : On a environ deux entrainements par jour, le lundi, la mardi et le jeudi. On a environs 2 heures de musculation le matin. Le soir, on a entrainement avec juste avant une séance vidéo pour étudier nos adversaires. C'est en général de 18h15 à 19h. Ensuite, on enchaîne avec l'entraînement jusqu'à 20h30.


Avez-vous d'autres temps de travail que les entrainements ?

Yohan : J'ai déjà coaché une équipe pré nationale féminine pour dépanner les coachs.


Avez-vous déjà été blessé sur du long terme ?

Yohan : Oui, deux fois sur le long terme, deux fois au genoux, le gauche et le droit, les ligaments croisés. Ça a duré entre 8 et 10 mois, tout dépend de comment tu te soignes et de comment tu reprends. En gros, ça a duré une saison.


Avez-vous besoin de soins ?

Yohan : Oui énormément de soins et de renforcements. Quand tu te fais opérer, tu restes presque un an sans faire de sport. Il faut donc remuscler ta jambe vue que tu perds tout ton muscle, à une vitesse incroyable. Il faut dans un premier temps muscler. Le fait de remuscler, ça créé des courbatures, des douleurs, que ton corps n'était plus habitué à avoir. Donc oui, j'ai beaucoup de soins pour les douleurs qui arrivent et surtout pour éviter des nouvelles.


Avez-vous un régime spécifique ?

Yohan : Oui j'essaye de manger le moins de Fast Food possible. En général, le Fast Food n'est pas bon pour le corps et pour la récupération. Je mange donc le plus de légumes possibles, c'est ce qu'il y a de mieux pour pouvoir bien récupérer. Ensuite, je varie en fonction des jours, des pâtes, du riz complet, mais en général c'est beaucoup de légumes et d'eau.


Est-ce que votre métier n'empiète pas trop sur votre temps personnel ?

Yohan : Non car en dehors des entraînements, on a du temps pour nous. On a des semaines moins chargés que d'autres car on n'a pas forcements de matchs tous les week-ends, cela permet d'avoir pas mal de temps libres.


Où avez-vous évolué avant le "Grand Poitiers Handball 86" ?

Yohan : Avant le Grand Poitiers Handball j'ai fais 4 ans à Nice au "Cavigal Nice Handball". Avant, je jouais en Guadeloupe chez moi.


Avez-vous toujours joué au poste d'arrière gauche ?

Yohan : Non, j'ai commencé en tant que gardien, je jouais à ce poste au foot avant de débuter le handball. Ensuite j'étais ailier gauche car j'étais le plus petit, je n'étais donc pas forcement capable de jouer arrière. Maintenant, je suis capable d'évoluer au poste de demi-centre et arrière gauche.


Avez-vous des perspectives d'évolutions à Grand Poitiers ou ailleurs ?

Yohan : Oui j'ai des perspectives d'évolutions personnelles, j'ai envie de jouer au plus haut niveau. Je n'ai aucune limite. J'ai envie d'évoluer, si c'est avec le Grand Poitiers c'est tant mieux. Poitiers est une belle ville, je mis sens bien. Le staff, les personnes qui accompagnent l'équipe sont très attachantes.


226 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page